Société

« Gnarel » la nouvelle tendance

By  | 

Jeune ou vieille fille , la place de seconde épouse est de plus en plus convoitée. Pénurie d’homme libre ou le désir d’un mariage à tout prix, les filles s’y plaisent et trouvent même beaucoup plus davantage que celle de la première.

6830166-10437101

Elles ont plus de temps pour elles-même, et pour leurs activités le temps que la première prenne son tour. Le tour de leur homme qu’elles partagent, beurk non? Les sénégalaises se sont trouvées toutes les excuses et justifications valables pour partager un homme, un père, des projets et autres aspirations qui se font à deux.

La culture en est autre certes, puis les nécessiteux dégainent la religion comme couverture quand cela les arrangent pour se chercher une alibie

Les femmes réclamant beaucoup plus de temps dans ce monde où la gent féminine est très active, ne trouvent pas de soucis à se partager un homme chaque deux jours. Et mieux elles croient que venir être « gnarel » veut dire boucler la polygamie de Monsieur le »deux galons », non monsieur qui « aiment » deux femmes à la fois est loin de finir sa chasse qu’il continuera en catimini ou emmène une troisième légale comme les deux premières.

Pour les vielles filles, être seconde épouse est une fatalité obligatoire, vu leur taille et age, les hommes de leur génération se seraient déjà trouver une compagne, donc elles sont forcément deuxième.

Se marier à cause d’une pression sociale ou une obligation n’est pas sure pour une progéniture qui aura besoin de l’assistance permanente de ses parents.

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *