Mode

Quand la mode sénégalaise voire africaine s’impose hors de ses frontières

By  | 

La mode est assurément ancrée de plein pied dans nos mœurs en Afrique. Que ce soit à Dakar, Lagos, Lomé, Abidjan, Bamako ou toute autre métropole africaine, il n’est pas rare de voir à chaque coin de rue des échoppes qui proposent des tissus bariolés (wax hollandais, bogolan, bazin Geztner et autres), des couturiers qui exposent leurs créations, toutes plus ravissantes les unes que les autres, ou encore des femmes qui se regroupent pour vendre des tissus et autres parures (communément appelées Nana Benz au Togo et au Bénin). Cette activité, bien qu’artisanale pour la plupart, est souvent créative et dynamique.

Sur un plan plus large, le continent africain regorge de créateurs de talent. Nous pouvons citer à cet effet Alphadi, Collé Ardo Sow, Xuly Bët, Claire Kane, Iman Ayissi, qui, à travers de prestigieux événements tels que le FIMA (Festival International de la Mode Africaine), le Sira Vision, ou la Fashion Week de Dakar, initiée il y a quelques années par la jeune styliste Adama Paris, participent grandement au rayonnement de la mode africaine. Ces stylistes et autres créateurs, conscients que le continent regorge de multiples possibilités et richesses en ce qui concerne la mode, n’ont de cesse d’innover pour la reconnaissance de leur travail sur le plan mondial.

Ces initiatives, bien que très nobles, peinent encore à faire connaître la mode africaine sur l’échiquier international. A ma connaissance, jamais un artiste africain n’a été invité à présenter ses créateurs à la Fashion Week de New York ou de Paris ! L’Afrique n’a toujours été qu’une source (occasionnelle) d’inspiration pour les designers occidentaux. Au gré de leurs collections, une touche d’exotisme était ajoutée ça et là aux vêtements pour le plus grand bonheur des fashionistas.

Mais depuis quelques temps, plus précisément trois ou quatre ans si je ne me trompe, la mode a fait un grand vers pas vers l’Afrique. La tendance ethnique est de tous les catwalks, on en voit partout !! Tendance ethnique, ethnic chic, mode exotique, urban exotic, les appellations sont aussi nombreuses que variées pour justifier ce retour de la mode africaine dans les créations. Si vous n’y avez pas encore succombé, sachez qu’il est temps de se mettre à la page, car la mode ethnique est THE nouvelle tendance ! On en parle dans les médias, et nombreuses sont les sites créés pour faire l’apologie de la mode africaine. Juste retour des choses ou tendance éphémère ? Personnellement, je pencherais pour la première option. Vous me jugerez trop optimiste, idéaliste ou que sais – je encore, mais je pense sincèrement que la tendance ethnique n’en est qu’aux balbutiements et que le meilleur est à venir (avenir aussi) pour la tendance ethnic chic. Au gré de mes pérégrinations sur internet (comme je le fais souvent) pour m’informer des nouvelles tendances en matière de bijoux, vêtements et accessoires, quelle ne fut ma surprise de voir Gwen Stefani arborer une superbe robe en wax lors de la présentation de la toute nouvelle collection de sa marque dénommée Harajuku. Gwen Stefani qui porte du wax ? Eh oui, vous avez bien lu !! Le wax, cette bande de tissu (le plus souvent en coton) teint à la cire et qui habite des millions d’Africains. Ce même wax qui est une véritable institution dans certains pays d’Afrique, au point que celles qui le commercialisent ont un certain statut social (les Nana Benz).

Mais revenons à la quintessence de cet article : la mode africaine qui s’impose de plus en plus et parvient (même) à détrôner les créations européennes, qui soit dit en passant, sont toutes semblables les unes aux autres. Pourquoi aller puiser en Afrique ? Panne d’inspiration ou envie de redorer notre blason ? Il y en a qui découvrent la mode africaine, et d’autres qui la connaissaient depuis longtemps, mais n’osaient pas trop porter des créations africaines, de peur de se voir taxé de démodé ou ringard. Alors, c’est le moment, car la mode africaine existe et s’est lancée à l’assaut d’autres sphères que son lieu de naissance. Anna Wintour, la grande papesse du Vogue US, porte étendard par excellence du ‘bon goût’, s’y est aussi mise en revêtant sa robe tunique en wax, Burberry a rebaptisé certaines de ses créations ‘robe boubou’ et il n’est pas rare de voir dans la rue des Européennes porter qui des jupes en wax, qui des vestes en patchwork faites avec des chutes de tissu. C’est la raison pour laquelle j’ai aussitôt ressorti mes robes en wax que je ne portais que chez moi pour me promener avec dans la rue, et c’est toujours un plaisir de me voir accoster pour me demander d’où est – ce qu’elles viennent ! La tendance ethnique est partout !! Les sites de vente en ligne tels que www.asos.com ou encore topshop ont même des collections capsule telles que Asos Africa qui se vendent relativement bien.

La prochaine étape et non des moindres, serait de voir une horde de créateurs africains invités à la Fashion Week de Paris, Milan ou New York, afin d’exposer leur savoir – faire et ainsi, ouvrir le monde sur cette partie du globe qui regorge de richesses (non exploitées) et qui fait la fierté de nombre de ses ressortissants de par le monde.

Par Ndèye Fatou KANE.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *